Broadway Challenge : une assistante française lève des fonds pour son école !

Assistante de français à Santa Sabina, Morgane Cuoc organise une levée de fonds pour son école. Elle et son équipe vont en effet s’impliquer dans une compétition de comédies musicales, dont le but est de rassembler des fonds pour acheter un nouveau bus. Découvrez son portrait et l’histoire du projet !

JPEG

J’imagine que les raisons qui m’ont portée vers l’Irlande sont semblables à celles de mes autres camarades assistants de français. Je m’y rendais, séduite aussi bien par un folklore enchanteur que pour la réputation des Irlandais accueillants, fuyant le crachin dans le refuge chaleureux d’un pub.

La situation d’assistant de français permet évidemment de critiquer ces fantasmes fomentés un peu trop hâtivement ; il s’agit également d’une belle opportunité d’observer un système éducatif aux normes qui diffèrent.

Mes collègues m’ont tout au long de l’année intégrée au sein de diverses activités : loto, théâtre, bingo, dîners et soirées les veilles de vacances… – et finalement, dans quelques jours, je me produirai avec neuf d’entre eux et la Principale sur scène, devant 1 000 personnes, au son de « We’re All In This Together ! ».

JPEG

Explication ? Pour qui connait un système où la moindre sortie scolaire prend des allures d’épopée homérique, démultipliant les périples - les autorisations à obtenir - , arranger un événement de grande ampleur qui mobilise l’école revient à vouloir conquérir l’Olympe.

Pourtant, Santa Sabina (école dans laquelle j’ai été affectée) et Saint Fintan (autre école du quartier) ayant la nécessité d’un nouveau bus, la solution est trouvée : organiser une levée de fonds, qui se présente sous la forme d’une compétition de musicals (St Fintan’s High School & Santa Sabina Broadway Challenge). Les équipes, composées de 8 à 11 personnes, sont des membres du personnel ou des amis. Accompagnées par des professionnels du monde du spectacle pendant 6 semaines, elles apprennent mouvements de danse et musiques pour monter chacune une courte comédie musicale : Dirty Dancing, Chicago, Grease… ou dans notre cas High School Musical, contant les amourettes incertaines du lycée East High, avec Troy Bolton, lycéen et capitaine de l’équipe de basketball des Wildcats, épris de Gabriella, génie des mathématiques. Le principe du Broadway Challenge : chaque don financier et billet vendus rapportent des points (motivation des troupes pour rassembler de l’argent), les équipes s’affrontant ensuite lors d’une représentation qui aura lieu le 2 avril à l’Hôtel Clayton (Dublin 4).

JPEG

Excitée par la compétition, l’école se met alors en branle : entre répétitions dans les salles vides et confections de pom-pom pour les cheerleaders, mes co-équipiers danseurs parsèment les murs de banderoles rouges (« #SSWildcats » ! ) détonnant avec l’habituel vert des uniformes, se lancent à l’assaut de sponsors financiers, traquent des autres équipes qui viennent vendre leurs billets sur notre terrain ; les élèves, curieuses, commentent la distribution des rôles et crient leurs encouragements pour notre show. Les autres membres du staff participeront à un Pub Quiz géant pour réunir encore d’autres fonds - presque 1 000€ de donations rassemblés en une soirée !

JPEG

Même s’il est malavisé de tirer des conclusions de cette expérience particulière, ma participation au Broadway Challenge n’en demeure pas moins inspirante. Peut-être nous approchons-nous d’une différence culturelle qui réside dans cet esprit d’entreprendre peu familier aux Français. Ma vie d’écolière a formé un esprit académique, commençant sa journée à 8h pour la terminer à 18h – il fallait voir les bouches de mes étudiantes s’arrondir de stupeur à la vue des douces cases grisées de nos emplois du temps – habitué à s’appliquer dans ses devoirs mais peu sensible à la vie associative et à son bouillonnement ; sans compter que la séparation collège / lycée n’incite pas à former des projets collectifs ou le sentiment d’appartenance à un club (sportif – ici, ils foisonnent).

L’Université a ensuite dérouté cette mentalité, par l’autonomie qu’elle rend possible pour sentir (et se saisir de) ses passions. Je ne pense pas être particulièrement effrayée par la scène, puisque j’ai eu la chance de me produire à maintes reprise lors d’événements en tant lectrice professionnelle avec le Service Culturel de la Sorbonne et la boite de production Les Livreurs (qui organisent tous les ans le festival de renom Livres en Tête) … et pour cette raison, je sais que dompter son tract et fournir un résultat de qualité reste un travail très exigeant. Aussi suis-je impressionnée par l’énergie déployée par mes collègues pour se jeter devant un public après seulement six sessions de formation par les professionnels – qu’importe la critique. Sans doute que cette œuvre caritative et l’engagement pour la cause se trouvent entrainés dans le tourbillon du craic – le fun à l’irlandaise…

Pour ma part, j’interprète sans surprise l’amie de Gabriella, nerd des mathématiques et première de sa classe !

Soutenez High School Musical en faisant un don !

Mais le mieux reste encore de venir applaudir Morgane et son équipe, le 2 avril prochain à l’hôtel Clayton ! L’événement Facebook ici.

Découvrez l’article du Sunday Independent sur l’initiative de Morgane et son équipe !

JPEG

publié le 28/03/2017

haut de la page