Archéologie : des liens entre la France et l’Irlande ? [en]

La France aurait joué un rôle dans l’introduction de la métallurgie en Irlande à la Préhistoire ... mais lequel ? Aurélien Burlot, doctorant, cherche à le comprendre.

"Je suis arrivé en Irlande en 1999, avec un CAP de pâtissier à l’âge de 19 ans, pour travailler dans un restaurant de renom situé à Youghal dans le comté de Cork. Après quelques années, et avoir fondé une famille, j’ai décidé d’arrêter la cuisine et de faire autre chose. Enfin, en 2011, j’ai rejoint University College Cork, pour apprendre l’archéologie, discipline qui me fascine depuis que je suis jeune. Après l’obtention de ma licence en 2014, j’ai décidé de continuer les études en projet d’un doctorat. Pour cela j’ai fait un MPhil, un Masters, au département d’archéologie de UCC, avec l’option après une année de monter un échelon en passant directement au doctorat. Chose faite en décembre 2015, avec la conclusion de la thèse prévue pour décembre 2018.
Ma thèse porte sur les relations préhistoriques entre l’Irlande et la France pendant le 3e millénaire avant notre ère. Plus particulièrement pour comprendre le rôle joué par le nord-ouest de la France atlantique (Bretagne, Normandie, Vendée), dans l’introduction de la métallurgie en Irlande à la fin de la période néolithique, vers -2500. Cette introduction de la métallurgie du cuivre sur l’île, correspond aussi à l’apparition de la culture pan-européenne du Campaniforme (Beaker en anglais), caractérisée par sa poterie très fine et copieusement décorée. Ce phénomène est aussi visible en Armorique à la même période. La métallurgie était déjà pratiquée quelques siècles plus tôt dans certaines régions d’Europe, notamment dans la péninsule ibérique et le Languedoc. Mais le courant campaniforme le long des côtes atlantiques, semblent avoir été le porteur de la métallurgie en Armorique et en Irlande. Le sud-ouest de l’Irlande étant très riche en ressources cuprifères, contrairement à l’Armorique, du matériel métallique insulaire fut exporté, semble-t-il d’après analyses chimiques modernes, en France dès -2500. Chose d’autant plus intéressante, on sait désormais que ce cuivre irlandais provient de la mine campaniforme de Ross Island, près de Killarney, dans le comté de Kerry.
Un autre aspect de ces relations préhistoriques, concerne certaines tombes mégalithiques, des dolmens, dans ces deux régions. En effet, vers -2400, un nouveau style mégalithique se développe en Irlande, avec la construction des wedge tombs (fig. 1). Ces structures ressemblent beaucoup aux allées couvertes armoricaines. Malgré une certaine différence chronologique, les allées couvertes étant plus anciennes, ces monuments partagent beaucoup de similarités architecturales, et des dépôts campaniformes retrouvés lors de fouilles dans ces derniers attestent d’une certaine idéologie commune.

PNG - 370.5 ko
Wedge tomb at Labbacallee, Co. Cork

En 2016, j’ai obtenu une bourse de la National University of Ireland, qui me permettra, pendant une année, de pouvoir voyager en France pour étudier certains monuments, et accéder aux collections de musée pour établir les similarités matérielles et construites. Tout ceci dans le but de comprendre le rôle de l’Armorique dans l’introduction de la métallurgie en Irlande, pendant une importante période de changements culturels mais aussi technologiques en Europe occidentale."
JPEG

publié le 14/12/2016

haut de la page